Zazen fait-il mal aux jambes ?

zazen fait il mal aux jambes
Mondo - questions à un maître zen
Zazen fait-il mal aux jambes ?
Loading
/

– Est-ce que c’est normal d’avoir très mal aux jambes en zazen ?

– Oui, c’est normal. Déjà, il y a un peu d’appréhension. Ensuite, on n’est pas habitué. C’est très violent, en fait. La première fois qu’on fait zazen, c’est violent et assez puissant, et on a mal.

Ça se traduit par de la douleur, il faut bien que ça s’exprime.

J’avais un ami avec lequel j’ai pratiqué très longtemps qui disait : « Moi, je n’ai jamais eu mal en zazen, mais par contre, dès que je m’asseyais, j’avais envie de me lever et de ficher le camp en courant. » Il ne savait pas expliquer pourquoi.

C’est normal d’avoir mal. Tout le monde a eu mal au début, mais ça s’assouplit très rapidement. Ce qu’il faut, c’est décontracter les jambes.

C’est important de toucher le sol avec les deux genoux. C’est fondamental, parce que si vous prenez la posture de travers, vous n’arriverez à rien, parce que la posture elle-même est cruciale. Après, vous trouverez votre naturel assis dans cette posture, et vous vous sentirez bien, et vous aurez le bonheur d’avoir une belle posture.

Vous pouvez mettre une petite cale pour aider. Quand j’enseigne, mais je me suis fait mal au genou récemment, donc j’ai du mal à montrer les choses…  On n’est pas souple, alors on s’assoit sur le zafu,  et on s’aperçoit qu’on a un genou en l’air. Dans ce cas, on prend appui sur ses deux mains jusqu’à ce que le genou soit par terre. En fait, on commence par mettre les deux genoux par terre, et là, on a les fesses en l’air. On ramène bien le coussin, et on s’assoit progressivement dessus en gardant les deux genoux par terre. Après, on redresse et on bascule à partir du bassin.

Zazen par un chef indien

J’ai réussi à faire asseoir des tas de gens qui avaient du mal à prendre la posture. J’avais même montré zazen à un chef de village indien en Amérique du Sud, en Bolivie.

Il nous avait vus en train de désherber à la machette les environs pour faire un dojo. Il a dit : « C’est la première fois que je vois des Blancs travailler et je suis intéressé. Qu’est-ce que vous faites ? » On lui a expliqué qu’on faisait un petit stage de méditation zen, qu’iI y avait des gens en Bolivie qui étaient intéressés. Il a répondu : « Je  trouve que vous êtes des gens bien, je veux essayer. » On l’a invité, avec un ami, à entrer dans le dojo. Les Indiens travaillent dans les exploitations de canne à sucre depuis très jeunes, ils sont durs. On lui a demandé ce qu’il avait appris. Il a récité une prière : « Mon Dieu, pardon ! Excusez-moi, mon Dieu, j’ai péché, etc. » On lui a dit : « Non, non, mais là on oublie Dieu pour un moment. Mets tes genoux par terre comme ça. » Tout d’un coup, le gars s’est redressé. Il était vraiment impressionnant. C’était lui le dieu. On était très impressionnés.

Après, il est retourné dans son village. Il s’est fabriqué un zafu en une demi-heure avec de vieux tissus. Il est revenu le soir et il a pratiqué avec tout le monde. Je n’aurais jamais cru que ce gars pouvait pratiquer, mais il fallait juste lui montrer. Et ça change complètement l’attitude d’esprit. Justement parce que les religions qu’on a colportées dans ces zones d’Amérique latine, un christianisme très fanatique, mettaient la personne dans un état d’infériorité, de culpabilité, lui faisaient baisser la tête. Alors que là, il prenait le droit de se redresser comme un vrai homme, comme un vrai fils de Dieu, si je puis dire.

Après, tous les enfants du village étaient  à la fenêtre de la maison en terre, pendant le zazen : « Qu’est-ce qu’ils font ?  » C’était une expérience inoubliable.

On peut facilement prendre la posture, parce que c’est une posture innée à l’être humain. Moi, je dis que c’est une option. Cela dit, si vous avez le genou cassé, effectivement vous aurez du mal à prendre la posture.

Quand on débute zazen, les jambes s’assouplissent très vite. Il faut pratiquer cinq ou dix minutes chez soi, deux fois cinq minutes pour commencer. Puis, quand on se sent à l’aise, on a envie de faire plus. Et quand vous arrivez à faire naturellement 20 ou 30 minutes, vous pouvez venir pratiquer ici.

Pendant la cérémonie, si vous avez du mal à vous asseoir en seiza,  jambes pliées sous les cuisses, les fesses sur les talons., vous pouvez utiliser le zafu comme support.  Même moi, je ne peux pas le faire actuellement, je me suis blessé au genou récemment.